header

Campagne de vulgarisation de la directive sur l’éthique et la déontologie du Magistrat et du guide du droit et obligations du justiciable : Le Conseil Supérieur de la Magistrature face aux différentes couches socioprofessionnelles de 4 préfectures de la région des Plateaux-Ouest

0

@Togo24 – (Kpalimé, le 4 août 2018) – Le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) face au double constat que d’une part, certains magistrats manquent gravement au respect des valeurs qui guident leurs fonctions et que d’autre part, les justiciables ignorent leurs droits et obligations, a procédé le 4 mai dernier à Lomé, au lancement d’une vaste campagne de vulgarisation de la directive sur l’éthique et la déontologie du magistrat et du guide des droits et obligations du justiciable.

advertisement

advertisement

Il s’agit de deux documents conçus par le CSM, et adopté par les magistrats pour moraliser et le magistrat et le justiciable, afin de réduire les mauvaises pratiques qui gangrènent la justice togolaise dans son ensemble.

Pour expliquer aux populations de l’intérieur du pays jusqu’aux contrés, le contenu de ces deux documents, le Conseil  Supérieur de la Magistrature a entamé le 17 juillet dernier à Dapaong (environ 660 km au nord de Lomé), une campagne de vulgarisation du contenu de ces deux documents.

Après Dapaong, Kara, Sokodé, Tsévié et Atakpamé, la délégation du Conseil Supérieur de la Magistrature, conduite par son président Akakpovi Gamatho était ce vendredi à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé), pour le même exercice.

Cette campagne de vulgarisation de la directive sur l’éthique et la déontologie du magistrat et du guide des droits et obligations du justiciable, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Appui au Secteur de la Justice (PASJ), soutenu par l’Union Européenne.

Elle vise à expliquer aux populations, le contenu de ces deux documents, conçu pour les amener à changer de mentalité afin de favoriser une bonne administration de la justice et la directive sur l’éthique et la déontologie du magistrat visant à améliorer le corps des magistrats et redorer le blason de la justice.

« Il est précisément question, lors de cette tournée d’appeler tous les acteurs d la justice entre autres, magistrats, greffiers, huissiers de justice, notaires, officiers et agents de police judiciaire, experts, officiers et agents de forces publiques, à jouer chacun son rôle et à faire plus d’efforts pour développer des valeurs d’éthique et de déontologie dans l’exercice quotidien de leurs professions en résistant à toute pression pour ne dire que la vérité réservant à tous les justiciables, un traitement égalitaire », a souligné  Akakpovi Gamatho.

Pour M. Gamatho, ce contact avec les populations, constitue ‘’un important rendez-vous’’ entre magistrat et justiciable pour permettre à ceux-ci de cerner davantage leurs droits et devoirs, dans l’optique d’aller vers une justice de qualité et qui élève la nation.

« L’heure n’est plus au discours, mais à la révolution des mentalités, à la guérison de l’esprit, au passé des mauvaises pratiques (…), à l’intégrité dans toutes nos actions qui concourent à l’œuvre de justice. Nous avons une mission commune, celle de construire ensemble, un justice juste, facteur de paix sociale et de développement durable », a expliqué M. Gamatho.

Ce dernier se réjouis et rend grâce à Dieu de cette tournée, car « les populations sont réceptives par rapport au message d’amour, de justice, et de développement que nous sommes en train de leur livrer au travers de la vulgarisation de la directive sur l’éthique et la déontologie du magistrat et du guide des droits et obligations du justiciable ».

« La justice, c’est l’un des piliers de l’Etat de droit, l’un des piliers susceptibles de contribuer à l’émergence de notre pays, d’améliorer le climat des affaires dans notre pays. Donc, c’est une institution très importante et nous pensons que toutes les composantes de la société sont conviées à apporter et à jouer leur partition pour qu’ensemble, nous puissions booster vers des lendemain meilleurs cette institution, à laquelle, nous nous recourons tous »,, a-t-il ajouté.

 « Nous avons tous intérêt que cette institution marche dans la vérité. Parce ce que c’est l’un des attributs de Dieu, et on ne peut pas rende la justice sans épouser la vérité, sans imprimer à nos actes, vérité et la droiture. Nous avons tous une conscience et nous savons distinguer le bien du mal. Le message, c’est que nous choisissons tous le bien. Si nous intégrons ces valeurs-là, nous sommes sure de gagner le pari. Nous sommes optimisme, nous faisons cette campagne parce que nous croyons que nous pouvons gagner le pari », a conclu M. Gamatho.

Le président Conseil Supérieur de la Magistrature, a réitéré ses remerciements au Chef de l’Etat Faure Gnassingbé et son gouvernement, ainsi qu’à l’Union Européenne, pour leur appui dans la réalisation et la mise en œuvre de ce programme.

A Kpalimé, les membres du CSM ont rappelé à l’assistance, les qualités d’un bon magistrat ainsi que les droits et devoirs justiciables.

La remise symbolique de lots d’affichages, de guides, de prospectus et de directives aux préfets et à certaines responsables des organisations  de la société civile ont mis fi à cette rencontre.

La campagne se poursuit du 7 au 10 août prochain avec les étapes de quatre pôles du grand Lomé, à savoir Agoè-Nyivé, Sagbado, Baguida et Bè. Fin

Mensah ASSOGBAGUE

TOGO 24, le pari du professionnalisme

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »