Togo-Législatives du 20 décembre 2018 : 03 militants de la C14 déférés ce vendredi à la prison civile de Kpalimé

O7 bureaux de vote saccagés, des urnes brulées, des matériels électoraux vandalisés.

0

@Togo24 – (Kpalimé, le 21 décembre 2018) – Environs 3 millions de togolais étaient le jeudi 20 décembre 2018 dans les urnes pour le compte des élections législatives, en vue de renouveler les députés à l’assemblée nationale.

Douze (12) partis politiques, 25 indépendants en lice, soit un total de 850 candidats sur 130 listes pour 91 places.

Ce 20 décembre 2018, jour de vote des élections législatives, la ville de Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé), a présenté un visage d’une ville fantôme : la ville est presque déserte, la circulation inexistante, les populations sont errées chez elles.

A Kpalimé, si certains togolais ont accompli leur devoir civique dans la plupart  des Centres de recensement et de vote (CRV) dans la paix, la sérénité, la tranquillité, la quiétude et sans incidents majeurs, ce n’est pas le cas pour d’autres électeurs dans quelques CRV de la ville à savoir : EPP Nogo, EPP Kpogandji et EPP Tsihinou.

Les bureaux de vote ouverts à 07H se sont refermés à 16H. Dans les CRV de la circonscription électorale de Kloto/Kpélé qu’une équipe de la rédaction de l’Agence TOGO 24, s’est rendue, les électeurs ont accompli leur devoir civique dans la paix et dans la sérénité. Tous les membres des CRV, le matériel électoral ainsi que la FOSE 2018 étaient aux rendez-vous.

Cependant le déroulement du vote ne s’est pas passé au CRV de Kpogandji, EPP Nogo, EPP Kpogandji. Le vote a été perturbé dans ces CRV et selon des témoins interrogés sur place, des individus non identifiés et cagoulés ont fait éruption dans ces 3 CRV entre 11 et 12H, qu’ils ont saccagé et brulés, y compris les urnes et le matériel électoral, a constaté un journaliste de l’Agence de Presse Togo24 sur place.  

Une source sécuritaire a confié à notre rédaction ce vendredi matin, que le matériel électoral détruits dans ces CRV ont été remplacés quelques heures plus tard et que le vote s’est poursuivi normalement jusqu’à la fermeture des bureaux de vote.

Selon notre source, le bilan de la journée de ce jeudi 20 décembre 2018, fait état de 3 personnes interpellées et arrêtées, 07 bureaux de vote saccagés, environs 06 urnes casés et brulés, ainsi que du matériel électoral.

La source a indiqué ce matin que les 3 personnes arrêtées hier sont des militants et sympathisants de la C14 (principale coalition des 14 partis politique de l’opposition togolaise) qui a appelé la population togolaise à boycotter le processus électoral.

Ces militants a précisé la source, « se sont engagés pour perturber la déroulement du vote de ce jeudi et seront transférés à la prison civile de Kpalimé, ce vendredi 21 décembre 2018 ».

Il faut souligner que les éléments de la FOSE 2018 déployés sur le terrain étaient en nombre insuffisants (1 élément par bureau de vote) et n’étaient pas armés.

Il a fallu des renforts du Groupement d’Intervention de la Police Nationale, de l’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie venus de Lomé, et des forces de défenses du 3ème Régiment d’Infanterie venus de Témédja ‘préfecture d’Amou) pour maitriser la situation.

Ces forces de l’ordre, de sécurité et défense n’ont pas du tout eu de répit ce jeudi, ils ont patrouillé du jour comme de nuit dans les artères de la ville pour sécuriser le déroulement du vote, protéger les bâtiments publics et privés, et permettre la libre circulation des biens et des services.

D’autres sont postés à des carrefours et endroits stratégiques de la ville pour étouffer dans l’œuf, tout éventuel attroupement des populations.

Soulignons que la vie a repris timidement son cours normal ce vendredi et les populations se sont vaquées librement à leurs occupations. Fin

 

Mensah ASSOGBAGUE

TOGO 24, le pari du professionnalisme

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »