Inclusion financière au Togo : L’APSFD-Togo forme les responsables des Institutions de micro-finance sur la finance digitale à Kpalimé.

0

@Togo24 – (Kpalimé, le 24 avril 2019) – Définie comme le fait de développer des services financiers à l’aide de moyens de transaction électronique, notamment grâce aux services financiers mobiles, permettant des transactions via téléphone mobile, la finance digitale est très dynamique sur le continent africain même si, par ailleurs, elle est encore loin du dynamisme des marchés de certains pays.

A l’horizon 2024, toutes les institutions de microfinance, de finance inclusive  des pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA) devront muter vers la digitalisation. A l’instar des pays tels que la Cote d’Ivoire, le Sénégal, la République Démocratique du Congo et le Tchad, le digital s’impose sur le continent comme un précieux domaine de création de valeur ajoutée. L’Afrique présente donc des atouts dans un contexte, plus que favorable, marqué par un taux de bancarisation souvent faible et très variable selon les pays.

Pour répondre à cette dynamique, l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés (APSFD) Togo, renforce du 24 au 26 avril 2019 à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé), les capacités des responsables des institutions de micro-finance venus de toutes les régions du Togo, sur le thème : « Comment développer et gérer des produits financiers digitaux ».

Cette formation qui regroupe des Directeurs Généraux, des Directeurs des Opérations et du Marketing, des Directeurs Financiers et Comptables, ainsi que des Directeurs Informatiques ou Monétiques vise à définir l’importance et les enjeux de la digitalisation pour les SFD du Togo, et d’identifier les exigences règlementaires de la digitalisation dans l’UEMOA.

Il s’agira aussi pour les participants durant ces trois jours, d’identifier l’écosystème et la cartographie des produits financiers digitaux dans l’UEMOA et au Togo, et de développer et gérer des produits financiers digitaux et modèles d’affaires.

Cette formation permettre également de mettre en place le marketing des réseaux d’agents, d’identifier les risques liés aux solutions digitales et approches de solutions et de conduire un processus de digitalisation institutionnelle.

« Nous sommes à l’ère du numérique et que autour de nous, tout se numérise. On est en train de quitter les papiers pour aller plus vite. Nous sommes à l’ère des NTICs. Les institutions ne sont pas en marge de cette révolution », a souligné le Directeur de l’APSFD Togo Ange Kossivi KETOR.

 « Ce qui nous pousse à y aller, c’est la stratégie sous régionale d’inclusion financière qui est basée essentiellement sur la numérisation, la digitalisation des processus. Ce qui fait que à l’horizon de cinq ans, A l’horizon de cinq ans, toutes les institutions de microfinance, de finance inclusive  des pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA) devront muter vers la digitalisation. Donc, étant une institution promotrice de la micro-finance au Togo, notre rôle est de pousser les institutions à cette nouvelle dynamique », a-t-il précisé.

le Directeur de l’APSFD Togo Ange Kossivi KETOR.
le Directeur de l’APSFD Togo Ange Kossivi KETOR.

« Nous sommes membre du comité sous régional de mise en œuvre de la stratégie. Donc, notre rôle est de pousser les acteurs, que ce soit les institutions de micro- finance et les clients, vers la numérisation. Raison pour laquelle nous avons initié cette formation, pour donner l’information aux institutions. Parce que la stratégie est reprise par le Togo et il ne faut pas qu’on soit en marge », a expliqué M. KETOR.

Selon lui, il y a une évaluation sous régionale qui se fait à un rythme semestriel et en juin, il va falloir rendre compte à Dakar du travail abattu au cours des six premiers mois.

Il a indiqué que cette formation fait partie des activités que l’APSFD- Togo fait en tant qu’association et membre du comité sous régional de mise en œuvre de la stratégie.

Pour M.KETOR, cette mutation va permettre l’inclusion financière  amener les services financiers vers les populations, où et qui quelles soient et selon leurs besoins.

« J’appelle ça, une révolution numérique. Ce n’est pas sure que tout le monde à l’information sur ce qui se fait en Côte d’Ivoire, au Sénégal. En plus les formateurs viennent du Tchad, de la RDC et du Bénin. Nous avons mobilisé toutes ces ressources humaines pour permettre à nos institutions de micro-finances d’avoir l’information et mesurer l’enjeu de la digitalisation », a-t-il laissé entendre.

Pour Géorges ZOLA (Formateur / Chef exploitant au Cabinet AGECFI), la finance digitale est composée de deux mots : il s’agit de la finance associée à la technologie.

Géorges ZOLA (Formateur / Chef exploitant au Cabinet AGECFI),
Géorges ZOLA (Formateur / Chef exploitant au Cabinet AGECFI),

« Nous allons dans une certaine mesure transformé les pièces et les billets dans les téléphones portables, dans les tablettes. Donc, la finance de demain que nous appelons la finance digitale, ne sera plus la finance par les billets, mais de la finance que nous retrouvé à travers la manipulation des tablettes, des portables et des androïdes », a-t-il expliqué.

Durant les trois jours, la formation portera sur entres autres thèmes à savoir l’aperçu sur la finance digitale, le processus de développement des nouveaux produits digitaux, les risques liés à ce processus en matière de fraude.

Soulignons que l’APSFD- Togo a pour mission d’informer le public, de renforcer les capacités de ses acteurs, de faire des plaidoyers pour le changement des politiques  financières ainsi que la représentativité et l’engagement dans la défense des intérêts de ses membres. Fin

Jules ASSOGBAGUE

Togo24, le pari du professionnalisme

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »