L’APSFD-TOGO outille les DG des SFD sur l’optimisation de la gestion du portefeuille de crédits à Kpalimé.

0

@Togo24 – (Kpalimé, le 21 juin 2019) –  une cinquantaine de Directeurs généraux des systèmes financiers décentralisés venus de toutes les régions économiques du Togo ont été mieux outillés sur l’optimisation de la gestion du portefeuille de crédits des systèmes financiers décentralisés, lors d’une formation tenue le 21 juin 2019 à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé), a constaté un journaliste de l’Agence de presse Togo24.

 

Initiée par l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés du Togo (APSFD-TOGO), cette formation fait suite à celle organisée à l’endroit des responsables d’institutions de micro finance du 24 au 26 avril dernier sur la finance digitale et à celle des auditeurs sur l’audit de portefeuille dans les SFD du 27 au 29 mai dernier à Kpalimé.

Elle a permis aux directeurs généraux des institutions de micro finances de connaitre les nouveaux enjeux de secteur financier, les moyens de développer de façon intensive et sécuriser son portefeuille et les moyens simples de gérer et de fidéliser la clientèle.

Cette rencontre a également permis aux participants de savoir comment limiter les impayés artificiels, comment appliquer de façon intelligente la politique de crédit et comment maitriser les meilleures pratiques de recouvrement.

Le Président du Conseil d’Administration de l’’APSFD-TOGO Yombo ADANOU a fait savoir que depuis plus de 4 ans, des efforts ont été faits en matière de sensibilisation et d’information au sujet de l’assainissement du portefeuille dans le secteur de la micro finance, à tous les niveaux même celui des autorités monétaires de régulation.

Selon lui, la gestion de performance de crédits est un parcourt de combattant, raison pour laquelle a-t-il souligné « le Conseil d’Administration a jugé utile et opportun de pouvoir faire l’état des lieux, une certaine évaluation et voir ensemble qu’est-ce qu’il faut changer, comment repenser notre façon de faire le travail, dans la mesure où les pratiques ont évolué. Nous sommes aujourd’hui dans l’innovation des pratiques, dans la résilience des bonnes choses, ce qui conduit à l’intérêt de cet atelier ».

 « Cet atelier nous permettra ensemble avec les  directeurs généraux des institutions de micro finance, de pouvoir dans un ensemble de canevas, voir qu’est-ce que nous devrions mettre ensemble en place, parce que nous faisons la même chose, pour la bonne cause, aussi bien pour la pérennité de nos institutions que de la qualité des produits et services que nous mettons à la disposition de nos membres », a précisé M. ODANOU.

Le Président du Conseil d’Administration de l’APSFD-TOGO a indiqué que le portefeuille de crédit dans son ensemble, n’est pas aussi tout à fait réjouissant : « Nous sommes à deux chiffres, alors que la norme de part à 90 jours est 3%. Mais nous sommes au-delà de 10% ».

 Il a invité l’ensemble des SFD à redoubler d’efforts et à une prise de conscience afin que dit-il « qu’on puisse revenir à la norme ».

 « La gouvernance au niveau de la micro finance est assez complexe. Le Conseil d’Administration, le Comité de crédit qui est chargé de l’octroi de la gestion des crédits et le conseil de surveillance, doivent collaborer ensemble pour que le travail soit bien fait, surtout le renforcement de capacité. Bien que l’APSFD fait des efforts et met des modules de formation en place, il doit falloir que chacun puisse savoir ce qu’il faut faire pour pouvoir rentabiliser dans les pratiques pour qu’on revienne à la norme », a jouté M. ODANOU.

Les travaux de cette formation assurée par richard AMOUSSOU (Formateur Directeur général du Cabinet ACR), ont essentiellement porté sur des modules tels que : ‘’Contexte de la micro finance’’, ‘’Comment optimiser les performances du portefeuille’’, ‘’Innover’’, ‘’Harmoniser le reporting’’.

Pour Richard AMOUSSOU (Formateur), l’un des problèmes majeur rencontrés par les institutions de micro finance, c’est celui des impayés.

« Il y a de problèmes d’impayés et certains instituts même n’ont pas pu survivre à cause de ce problème d’impayés. Et cela est dû à un certain nombre de facteurs qui sont plus internes aux institutions. Les institutions n’ont pas toutes les capacités qu’il faut pour gérer et encadrer de façon professionnelle le crédit », a-t-il souligné.

 « En général, on met les impayés sur la responsabilité des clients, des bénéficiaires. Mais par définition, le client n’est pas forcément  mauvais. C’est la façon dont nous même on a mis en place le crédit, comment on l’encadre qui fait que le crédit est remboursé à date ou pas », a-t-il expliqué.

« Ce qu’il faut concrètement, c’est de réformer la gestion du crédit. Il y a certaines pratiques qui sont dépassées, certaines théories qu’il faut abandonner maintenant. Il y a beaucoup d’amateurisme dans la gestion du crédit, il faut faire du professionnel. Il faut utiliser les meilleures pratiques et les bonnes formules maintenant », a ajouté M. AMOUSSOU.

« La micro finance, c’est quasiment, les mêmes choses que la banque, c’est la même clientèle, le même crédit, les mêmes procédures, et c’est les mêmes techniques. Mais le secteur de la micro finance en terme de pratique, n’est pas encore en phase avec les réalités exigées pour faire du bon crédit. Raison pour laquelle nous étions à Kpalimé pour partager les expériences et permettre aux institutions d’être à la page de l’évolution pour pouvoir être plus professionnel dans la gestion du crédit »,  a indiqué le formateur.

Le Directeur général du cabinet ACR a invité les participants, une fois de retour dans leurs instituions, à commencer un certain nombre de réformes dans leurs institutions et envisager de vulgariser les connaissances et expériences acquises au cours de la formation, au niveau de leur personnel de production pour que « tout ce qu’on a partagé ici soit également connu au niveau du personnel, pour éviter ce qu’on appelle des goulots d’étranglements et les mésententes qui surviennent quand vous n’avez pas les mêmes niveau d’information ».  Fin

 

 

 Jules Komlan ASSOGBAGUE

Togo24, le pari du professionnalisme

Infoline: +228 90724740 // 99313108

E-mail : info@togo24.net

Site Web : www.togo243.net

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »