header

Togo : Un nouveau code de la presse et de la communication, bientôt sur la table du gouvernement.

0

@Togo24 – (Kpalimé, le 27 juillet 2019) – Les acteurs des médias vont bientôt pousser un ouf de soulagement. La révision et la relecture du code de la presse et de la communication en république togolaise, l’une des recommandations formulées par ces derniers lors des Etats généraux de la presse tenus en juillet 2014 à Kpalimé, sera bientôt mise en œuvre. Ils ont adopté et validé le projet de loi portant code de la presse et de communication, après avoir apporté leurs observations et amendements pendant trois jours à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé).

advertisement

advertisement

Les dispositions de ce nouveau code de la presse et de la communication ont été élaborées par le ministère chargé de la communication en concertation avec la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). De 190 au début de l’atelier de validation, ses dispositions ont été réduites à 187 après étude et amendement. Il comporte donc 187 dispositions contre 108 pour le code actuel.

Le rapport général de cet atelier indique que la nature du texte et le taux des amendements apportés au code, ne permettent plus de parler de « modification », mais plutôt d’ « un nouveau code ».

Le nouveau texte prévoit des dispositions pour une concurrence saine et loyale entre les divers opérateurs et entend contribuer à la production et au développement d’informations, de programmes de qualité contribuant à l’éducation, à l’épanouissement culturel, scientifique, moral, social et économique de nos concitoyens.

Dans ce nouveau code, les principes de base et toutes les garanties de liberté de la presse notamment la dépénalisation, qui sont des acquis de l’ancien code, sont préservés.

Les changements introduits concernent surtout la qualité (nature et statut) du journaliste, le passage des organes de presse en entreprise de presse, la prise en compte et la règlementation de la presse en ligne, le problème de l’aide de l’Etat à la presse, la création d’un Fonds d’aide à la presse, la régulation et l’autorégulation et puis l’intégration d’un cadre juridique de publicité.

« Le texte issu de nos réflexions, sera soumis au gouvernement. Je suis persuadé que très prochainement, le conseil des ministres va l’examiner avec bienveillance», a déclaré le Vice-président de la HAAC Octave Olympio (représentant le président de la HAAC à la fin des travaux).

Il a rassuré les organisations professionnelles de la presse, que nous sommes tous guidés pour le bien de la profession. Pour M. OLYMPIO, tous les fondamentaux du métier sont sauvegardés.

« Dorénavant, la presse est prise en compte. C’est la reconnaissance de son mérite. En même temps, c’est une plus grande responsabilité qui lui ait conférée », a-t-il souligné.

Ce code a-t-il précisé, « va permettre d’améliorer la qualité de votre travail. Ce travail doit  permettre au journaliste de vivre ».  Le Vice-président de la HAAC a, à cet effet, invité les journalistes à adopter rapidement, la convention collective de presse afin dit-il de « sécuriser l’emploi des journalistes ».

 Au paravent, il a remercié tous les différents acteurs des médias pour leurs participations actives et le ministre chargé de la communication pour l’initiative de cet atelier, et le PROFAMED pour son accompagnement.

Le directeur de cabinet du ministère de la communication Franck Missité, a pour sa part, remercié tous les participants pour leur  précieuse contribution pour l’amélioration de ce texte.

 « Nous venons de faire un tout petit pas pour notre corporation, mais il s’agit en fait, d’un pas de géant pour notre patrie », a-t-il indiqué, ajoutant que « la qualité du travail que nous venons de produire, va faire de notre code de la presse, un instrument révolutionnaire ».  

 « Maintenant la balle est dans le camp du gouvernement. Le projet va faire son cheminement. Il va retourner au ministère pour sa mise en forme et pour son habillage juridique. Puis nous l’enverrons au secrétariat général du gouvernement, pour correction et conformité avec le cadre de statut togolais avant qu’il ne soit proposé au gouvernement pour le conseil des ministres », a précisé M. MISSITE.

Pour ce dernier, ce texte tient beaucoup à cœur au gouvernement, qui a fait du code de la presse et de la communication, l’une de ses priorités. Il a promis qu’il rendra compte ‘’fidèlement’’ au ministre chargé de la communication des conclusions issus de cet atelier

Soulignons que après la constitutionnalisation de la libéralisation, la loi n° 98-004/PR portant Code de la presse et de la communication, adoptée le 11 février 1998, a été modifiée successivement en 2000, 2002, 2004 et 2013 afin de l’adapter aux mutations de l’environnement médiatique, des technologies et de l’avènement du numérique. Fin

Mensah ASSOGBAGUE

Togo24, le pari du professionnalisme

Info line : +228 90724747 // 99313108

E-mail : info@togo24.net

Site Web: www.togo24.net 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »