.Mise en œuvre du Projet CFIT–UNESCO : Le bilan des activités de la phase II du projet restitué.

0

@Togo24  -(Lomé, le 15 août 2019) – Un atelier de restitution de l’évaluation externe et de planification des activités du projet CFIT-UNESCO   Fonds en dépôt de Chine  s’est tenu les 9 et 10 août 2019 à Lomé  à l’intention des cadres du MEPS, MESR, METIP  membres du comité technique et du comité de pilotage du projet CFIT – UNESCO, les responsables des centres de formation des enseignants du Togo  et certains de leurs collaborateurs, a constaté un journaliste de l’Agence de Presse Togo24.

Diligentée par le bureau régional et multisectoriel de l’UNESCO à Abuja, cette évaluation a pour objectif de faire le bilan des activités menées pendant l’exécution de la phase II  de ce projet.

Le projet Fonds en dépôt de Chine est lancé pour améliorer la formation des enseignants et combler le déficit de la qualité en Afrique.

Le présent atelier de restitution est destiné à faire le diagnostic des différentes activités menées pour tirer les enseignements afin d’améliorer la phase III pour  laquelle le Togo a été encore retenu.

« Parmi les stratégies pouvant permettre d’atteindre l’ODD4,  le projet UNESCO –  Fonds en dépôt de Chine  vient améliorer la formation des enseignants pour combler le déficit qualificatif de l’éducation en Afrique et ceci à travers l’introduction des TIC dans les dispositifs de formation des enseignants.» a déclaré  Madame  Tawuim TITORA, Secrétaire Générale du MEPS.

Table d'honneur
Table d’honneur

Cet atelier selon elle, doit « permettre aux participants de faire le point sur nos succès mais aussi de nous attarder sur nos échecs et les points à améliorer, afin de mieux planifier la phase III du projet, qui s’annonce surtout dans un monde marqué par le développement de  l’intelligence artificielle ».

« Il est donc important de voir comment l’intelligence artificielle pourrait aider à combler le déficit qualificatif des enseignants que  nous constatons dans notre pays », a-t-elle précisé.

Au cours des travaux Michel Kofi AGBO (Secrétaire général de la Commission nationale de l’UNESCO) a présenté les résultats obtenus lors de l’exécution de la phase II de ce projet notamment ;

  • La production d’outils pédagogiques : un groupe de formateurs, d’enseignants et d’inspecteurs ont produit 11 modules de formation et 5 modules informatiques supplémentaires sur l’utilisation du TNI en classe.
  • La création des cours en ligne
  • La gestion des résultats aux examens
  • La gestion et l’administration de la scolarité.
  • L’élaboration des supports multimédias
  • L’acquisition des infrastructures informatiques par les centres de formation des enseignants
  • La mise en ligne des outils pédagogiques sur la plateforme togolaise du CFIT.
  • La participation de l’équipe technique à des missions d’échanges d’expériences à l’extérieur du pays.

« Malgré ces performances, l’évaluation externe a relevé que le pays n’a pas suffisamment respecté l’égalité des genres, en plus les inspecteurs n’ont pas été associés à cette étape du projet CFIT », a-t-il expliqué.

Vue partielle des participants
Vue partielle des participants

Jetant un regard sur la planification de la phase III, AWOKOU  Kokou, Enseignant  – chercheur à l’INSE et Expert national de l’UNESCO sur le projet,  a pour sa part indiqué que  le projet du Togo à la phase II, était original et ceci a permis au Togo d’être éligible pour la phase III.

Pour M. AWOKOU, l’innovation annoncée à la phase III est l’intelligence artificielle.

« Nous avons déjà amorcé quelques pistes de réflexions que nous comptons soumettre aux participants pour voir si nous pouvons intégrer aux préoccupations de l’avenir en matière de l’enseignement. Vous connaissez toute la question liée aux jeux sérieux. Tout ce qui relève de la cybernétique, de la robotique sont des éléments qui peuvent intégrer facilement notre système éducatif  de manière à le rendre plus performant pour l’avenir » a –t – il souligné.

Dans les préparatifs de la conception et de la mise en œuvre de la phase III du projet, UNESCO – CFIT avec orientation de l’intelligence artificielle et une ouverture sur d’autres secteurs de l’enseignement supérieur et de l’enseignement technique, des réflexions ont été  menées sur la gouvernance du projet et les cibles potentielles et quelques activités prioritaires à planifier.

A l’issu des travaux, des recommandations ont été formulées à l’endroit du gouvernement pour optimiser les résultats de la prochaine phase du projet.

Le Directeur des formations BIYAO Kokou, (Point focal du projet), a exprimé toute sa satisfaction par rapport au pilotage de cette phase du projet et a émis le vœu de voir la prochaine phase connaître ‘’le même succès’’.

                                   

De retour de Lomé, Jules Komlan ASSOGBAGUE

Togo24, le pari du professionnalisme

Info contact : +228 90724740  // 99313108

E-mail : info@togo24.net

Site Web : www.togo24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »