Fermeture des institutions de microfinances au Togo : L’APSFD TOGO applaudie l’autorité compétente et salue son initiative.

0

@Togo24 – (Kpalimé, le 10 Octobre 2019) – Le Ministère de l’Economie et des Finances a retiré en début de cette année, les agréments à 7 institutions de microfinances qui opèrent sur le territoire national et qui ne respectent pas les normes. L’information avait été donnée en milieu de semaine dernière par la ministre de la planification du développement et de la coopération Tignokpa Demba, à l’issue de la 3ème session du Conseil National de Crédit (CNC).

Il s’agit selon l’autorité, d’un réseau ainsi que 4 de ses caisses de base, et 2 structures unitaires.

  • Mutuelle assistance et appui pour le combat contre la misère à Pagouda, Fonds social de solidarité (F2S) à Kara
  • Union des caisses d’épargne et de crédit du Togo (UCECTO) à Lomé,
  • Caisse d’épargne de crédit fraternité (CEC Fraternité) à Agou-gare,
  • Caisse d’épargne et de crédit Patience (CEC Patience) à Kpélé-Govié,
  • Caisse d’épargne et de crédit Alodo (CEC Alado) à Tabligbo,
  • Caisse d’épargne et de crédit Mawuli (CEC Mawuli) à Kpalimé.

Interrogé par la rédaction de l’Agence de Presse Togo24, le directeur de l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés du Togo (APSFD TOGO), Ange KETOR ( Photo) a salué cette décision du gouvernement togolais, qui selon lui vise à « arrêter l’hémorragie et à assainir l’environnement ».  

Pour M. KETOR, ces institutions qui ont vu leurs agréments retirés par l’autorité compétente, sont des institutions dont les responsables ne produisent pas les informations financières à l’autorité.

« La loi dispose que chaque institution doit donner l’information sur le nombre de membres, l’épargne collecté, le crédit distribué, chaque trimestre à l’autorité de tutelle. Et dès qu’une institution n’arrive pas à produire ces informations, c’est des indicateurs de non viabilité », a-t-il précisé.

« Les institutions dont l’agrément vient d’être retiré, sont des institutions qui présentaient des faiblesses, et sont carrément à l’agonie à un moment. Ce sont des institutions qui, à un moment donné n’ouvraient même plus et dont l’épargne des populations est en péril. Donc, c’est bon qu’on arrête l’hémorragie, qu’on leur retire l’agrément pour qu’elles n’utilisent pas ces agréments à des fins malsaines. Nous, on l’attendait depuis que l’autorité retire tous ces agréments pour que l’environnement soit plus sain », a expliqué le directeur de l’APSFD TOGO.

« Donc, nous applaudissons l’autorité qui a finalement retiré ces agréments-là. Il en reste encore. Selon le dernier rapport du Fonds Monétaire International de 2010, il y a une centaine d’institutions qui ne se portaient pas bien. Donc, si on fait bien les comptes, c’est une vingtaine d’agréments qu’on a retiré aujourd’hui. Il y a du boulot pour assainir totalement l’environnement », a jouté M. KETOR.

Cette démarche rapporte le site d’information en ligne Togo Breaking News, « entre dans le cadre d’un programme d’assainissement du secteur des microfinances au Togo ».

« En dehors du reproche de non-conformité aux textes, ces systèmes financiers décentralisés (SFD) ne présagent aucune perspective de viabilité », indique le confrère.

La démarche est expliquée par la volonté d’assainir le secteur de la microfinance. Pour les autorités, il est question d’assurer la viabilité du secteur afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle d’outil de financements alternatifs.

Le directeur de l’APSFD TOGO Ange KETOR a laissé entendre qu’il existe des institutions de microfinances qui opèrent au Togo sans avoir eu d’agrément.

« Suivant le loi, on doit prendre d’abord l’agrément avant d’opérer. S’il faut être strict, les institutions qui opèrent sans agrément devraient être fermé. Et puis, on fait le point et on rembourse l’épargne aux populations et on n’en parle plus », a-t-il martelé.

Le directeur de l’APSFD TOGO Ange KETOR a invité tous ceux qui veulent opérer dans le secteur de la microfinance au Togo, à demander l’agrément avec un dossier et des projections correctes sur l’institution qu’on veut créer. Sinon, on retire l’agrément, et je pense que cela constitue à assainir l’environnement d’opération des institutions.

Il a par ailleurs invité la population à être vigilent, à aller à l’information ou appeler le 22 25 50 75 pour vérifier la légalité de l’institution avant toute opération financière dans une institution de microfiance. Fin

 

 

Mensah ASSOGBAGUE

Togo24, le pari du professionnalisme

Info : +228 90724740  // 99313108

E-mail : info@togo24.net

Site Web : www.togo24.net

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »