header

Economie- L’APSFD TOGO : la gouvernance et la promotion de la transparence dans les Sfd au centre d’un atelier à Kpalime.

0

©️Togo24 – ( Kpalime le  3  février 2020 – )Des Administrateurs et élus, des Directeur généraux, centraux ainsi que des directeurs des ressources humaines des systèmes financiers décentralisés  venus de toutes les régions du Togo ont été outillés du 28 au 31 janvier 2020 à Kpalime (environ 120 km au nord de Lomé), sur la gouvernance et la transparence dans les systèmes financiers décentralisés (SFD), a constate un journaliste de Togo24.

advertisement

advertisement

Initiée par l’association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Togo (APSFD TOGO), cette rencontre vise à renforcer les capacités des responsables des systèmes finances décentralisés sur la loi N°2011-009 du 11 Mai 2011 (Promotion de la
transparence dans les SFD), Instruction N°003-03-2018 relative aux dispositions
particulières applicables aux SFD exerçant une
activité de finance islamique et sur l’Instruction N°005-05-2018 relative aux
caractéristiques techniques des opérations de
finance islamique exercée par des SFD de l’UMOA.

Il s’agit aussi de les outiller sur l’ Instruction N°01/2007/RB du 2 juillet 2007 relative
à la lutte contre le blanchiment de capitaux au sein
des organismes financiers , l’ étude des Instructions N°10, N°17, N°18, N°19, la lecture des Etats Financiers et interprétation des
ratios prudentiels, les Rôles et responsabilités des Administrateurs au
sens de la loi et des meilleures pratiques, les techniques de communication et négociations pour
lever des ressources auprès des PTF.

‘Le. Directeur de l’APSFD TOGO Ange Kossivi KETOR a indiqué que la gouvernance est la façon d’orienter l’institution et que les grandes orientations et les grands chantiers de l’institution sont incorporés dans sa gouvernance.

 » Nous avons entretenu les conseils d’administration, les directeurs des ressources humaines et les directeurs généraux aujourd’hui sur la question de la gouvernance et de la transparence, parce que quand les institutions ne sont pas bien conduites, ça créer des dégâts « , a-t-il souligné.

 » Les institutions de microfinance traitent avec plus de 3 millions de bénéficiaires aujourd’hui, et si 3 millions de togolais ont des soucis, vous imaginez le tolet que ça peut créer au niveau social « , a précisé M. KETOR.

 » Donc, il y a lieu de promouvoir la bonne gouvernance, l’orientation de l’institution et la transparence. La transparence, c’est comment disposer les informations au profit des bénéficiaires. Comment rendre l’information disponible, comment gérer avec toutes les informations disponibles. Les conditions d’opération doivent être connues des populations notamment les règles qu’il faut respecter « , a-t-il ajouté.

Pendant quatre jours les participants ont planché sur plusieurs modules tels que la loi relative à la gouvernance des institutions de microfinance , comment élire les organes,? Comment les postes sont publiés, comment les travaux se conduisent dans les sfd. Comment les comptes rendus sont faits en milieu d’année et en fin d’année.

Les instructions de la Banque Centrale relative à la gouvernance des Sfd, le blanchiment d’argent (les effets. la lutte), les négociations avec les partenaires, les rôles et responsabilités des élus sont entre autres modules passés en revu par les participants.

A la fin de cet atelier, ces derniers souvent être capables de maîtriser tous les concepts évoqués.

Pour Ange KETOR, la gouvernance est une course de longue haleine.

 » On ne peut pas dire qu’on maitrise la gouvernance. Elle est dynamique et chaque jour, il y a de nouveaux défis et enjeux. Il faut qu’on se mette à jour », a-t-il expliqué.

 » Aujourd’hui il y a la question du bureau d’information sur le crédit, la question du fonds des garanties des dépôts pour intervenir en cas de défaillance. Il y a aussi la question de l’interopérabilité des systèmes, c’est à dire que nos bases ici seront connectées très bientôt aux bases GIM/UEMOA pour qu’il y ait une traçabilité et une transparence « , a martelé le directeur de l’APSFD TOGO.

 » Nous sommes à l’ère du numérique. Donc, c’est tous ces enjeux là que l’administrateur, le responsable des Sfd doit savoir. On ne peut pas vivre la microfinance sans le numérique », a conclu M. KETOR.

Koffi ESSEH
Tigo24, le pari du professionnalisme
Info : +228 99724740 // 99313108
E-mail: info@gmail.com
Site Web: www.togi24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »