header

Mali : Le président malien ouvre la porte à un gouvernement d’union face à la contestation

0

©Togo24 – (Kpalimé, le 17 Juin 2020) – Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé mardi des discussions en vue d’un gouvernement d’union nationale, dans l’espoir de dissiper la contestation dont il fait l’objet et qui complique encore l’action pour sortir le pays de la tourmente. 

advertisement

advertisement

« J’ai décidé d’engager les consultations pour la formation d’un gouvernement d’union nationale », a dit le président malien devant des responsables et des membres de la société civile.

M. KEITA  a aussi annoncé des consultations sur le Parlement et la Cour constitutionnelle.

Il a exprimé son souci « d’apaisement » non seulement politique, mais aussi social, en intervenant en faveur des enseignants, dont le bras de fer avec le gouvernement paralyse l’école depuis des semaines, sinon des mois.

M. KEITA  à la tête depuis 2013 de ce vaste pays pauvre confronté au jihadisme, à la violence et à une crise multiforme, fait face depuis quelques semaines à la mobilisation d’une coalition hétéroclite conduite par un influent dirigeant musulman, l’imam Mahmoud Dicko. Elle réunit des responsables religieux et des personnalités de la société civile comme du monde politique.

Des dizaines de milliers de personnes ont réclamé la démission de M. Keïta, désormais tenu pour personnellement responsable, dans les rues de Bamako le 5 juin.

Le mouvement rebaptisé « du 5 juin » a appelé à un nouveau rassemblement vendredi.

Il fédère contre le chef de l’Etat des mécontentements nourris depuis des mois devant l’alarmante situation sécuritaire, le marasme économique et social, la crise de l’Etat, de l’école ou des services publics, et la perception d’une corruption répandue.

Dimanche encore, au moins 24 soldats ont été tués dans la dernière en date des attaques imputées aux jihadistes contre les forces de sécurité.

Huit ans après le début du conflit malien, la persistance de ces opérations, des violences intercommunautaires et des trafics accréditent l’idée de l’impuissance de l’Etat, malgré le soutien de la communauté internationale et l’intervention de forces onusiennes, africaines et françaises.

 

Source : AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »