header

Togo – Lutte contre la traite des personnes : l’OIM renforce les capacités des différents acteurs impliqués dans cette thématique à Kpalimé.

0

©Togo24 – (Kpalimé, le 23 Juin 2020) – Différents acteurs notamment des acteurs sociaux, des journalistes, des magistrats ainsi que des officiers de police judiciaires et des parlementaires venus de toutes les régions du Togo, ont entamé ce mardi à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé), une formation de trois jours sur la lutte contre la traite des personnes, , a constaté un journaliste de l’Agence de Presse Togo24.

advertisement

advertisement

Initiée par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), cette formation des formateurs, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Régional sur la Migration en Afrique, financé par le Département d’Etat du Gouvernement des Etats-Unis.

Elle se déroule dans le strict respect de l’application des mesures barrières édictées par le gouvernement dans le cadre la lutte contre la propagation de la pandémie à Coronavirus (Covid-19).

Cette formation vise à renforcer les capacités des participants en matière de lutte contre la traite des enfants. Elle permettra également aux participants d’améliorer leurs connaissances afin d’être mieux outillés pour former à leur tour leurs collègues sur la lutte contre la traite des personnes.

A la fin de cette formation les participants doivent être capables de maîtriser les principaux concepts liés à la thématique, notamment la traite des personnes, le trafic illicite de migrants, l’exploitation, d’explorer le cadre légal et règlementaire, de maitriser les stratégies de protection des victimes et témoins et de maîtriser les techniques d’organisation des formations.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Directeur général de la Protection de l’Enfance Dr KONDOH Kandalé, en présence de Mme Victorine Badohoun WOMITSO (Présidente du Comité Interministériel de la Migration et du Développement) et de Mme Nana A. TRAORE (Assistante de Projet de l’OIM).

Le Directeur général de la Protection de l’Enfance a exprimé sa gratitude aux différents acteurs de protection de l’enfant en général et en particulier à l’OIM, pour son soutien régulier aux efforts du gouvernement en matière de lutte contre la mobilité.

Pour Dr KONDOH, au Togo, le gouvernement, en collaboration avec les organisations internationales en nationales, a pris un certain nombre de mesures aux plans législatifs, institutionnel, administratif et social soutenus par des engagements régionaux et internationaux, dans le sens de la prévention des vulnérabilités et de la prise en charge des victimes.

« Le Togo est aujourd’hui cité en référence dans la sous-région en matière de lutte contre la traite des personnes en général », a-t-il indiqué.

« Mais il faut dire que depuis longtemps le monde entier et principalement l’Afrique Sub-Saharienne était focalisée sur la lutte contre la traite des enfants. A cet effet, beaucoup d’efforts ont été réalisés dans ce sens avec l’amélioration du cadre législatif et réglementaire, institutionnel et la mise ne place des programmes assortis de stratégies opérationnelles, avec des actions concrètes pour lutter contre le phénomène de la traite des enfants », a-t-il précisé.

« Le Togo a eu a signé également des traités et des accords multilatéraux avec les autres pays en matière de lutte contre la traite des enfants.  Aujourd’hui, il est question de lutter de manière générale contre la traite des personnes. Et donc, en la matière, si le Togo avait commencé par le faire, aujourd’hui les actions sont en train d’être concrétisées », a précisé Dr KONDOH.

« En ce sens que à l’heure où nous parlons, il y a un projet de décret portant la mise en place d’une commission de lutte contre la traite des personnes. Ce projet de loi est sur la table du gouvernement et les efforts sont consentis au plus niveau qui donne des orientations afin que ce phénomène de la traite des personnes que vous connaissez avec toutes ses conséquences puisse être arrêtée », a-t-il expliqué.

Selon le Directeur général de la Protection de l’Enfance, malgré la volonté politique, et les initiatives prises, le chemin à, parcourir est encore long. « L’urgence et l’ampleur du phénomène nous interpelle tous. Aucun Etat, aucun gouvernement, ni autre structure a-t-il souligné « ne peut y parvenir sans la participation des autres acteurs ».  

Prenant la parole, l’Assistante de Projet de l’OIM Mme Nana A. TRAORE a remercié le Directeur général de la Protection de l’Enfant pour son abnégation qui selon constitue « une réelle motivation et encourage l’OIM dans sa démarche d’appui aux efforts du gouvernement visant à supprimer la traite des personnes notamment celle des femmes et des enfants ».

Elle a par ailleurs témoigné la reconnaissance et la gratitude de l’OIM au Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique pour son accompagnement de la mise en œuvre du Programme Régional sur la Migration en Afrique, qui a-t-elle indiqué « vise à renforcer les capacités des acteurs nationaux et autres parties prenantes en vue d’une meilleure gestion des questions migratoires et celles liées à la traite des personnes en l’occurrence ».

Soulignons que cette formation portera sur des axes et thèmes principaux tels que : l’introduction des concepts (traite des personnes, trafic illicite de migrants, exploitation), le cadre légal, la protection des victimes et les techniques d’organisation de formation.

Mensah ASSOGBAGUE

Togo24, le pari du professionnalisme

Info: +228 90724740 / 99313108

E-mail : info@togo24.net

Site Web : www.togo24.net.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »