header

RDC : marche pour la libération de Kamerhe à la veille de son procès en appel

0

©Togo – (Kpalimé, le 23 Juillet 2020) – Des centaines de personnes ont marché jeudi à Bukavu et Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, en faveur d’un homme fort de la vie politique congolaise, Vital Kamerhe, à la veille de son procès en appel.

advertisement

advertisement

Ex-président de l’Assemblée nationale, principal allié et directeur de cabinet du président de la République Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe a été condamné à 20 ans de prison pour détournement de fonds le 20 juin lors d’un procès sans précédent. Ses partisans se sont mobilisés dans son fief de Bukavu au Sud-Kivu et à Goma, dans la province voisine du Nord-Kivu, à l’appel de son parti, l’Union pour la nation congolaise (UNC).

La marche a été dispersée à Goma, rapportent des médias locaux.A Bukavu, les militants ont présenté un mémorandum implorant « l’implication du président de la République » afin que son directeur de cabinet « bénéficie d’un procès équitable » en appel.

Outre ses avocats congolais, M. Kamerhe devait être également défendu par un conseil français, Pierre-Olivier Sur, qui n’a pas pu obtenir de visa, a indiqué à l’AFP l’ancien bâtonnier du barreau de Paris. Les frontières de la RDC sont officiellement fermées jusqu’au 15 août par mesure de prévention face au Covid-19.

Me Sur a dénoncé « une justice expéditive qui consiste non pas à se débarrasser d’un dossier, mais d’un homme ».

M. Kamerhe, 61 ans, arrêté le 8 avril, a été condamné à 20 ans de « travaux forcés » (dans les faits, de la prison) avec l’entrepreneur libanais Jammal Samih, 79 ans, pour le détournement d’environ 50 millions de dollars.

Le procès en première instance a été marqué par le décès du magistrat qui a présidé les deux premières audiences, Raphaël Yanyi, le 27 mai. Le ministre de la Justice avait annoncé l’ouverture d’une enquête pour meurtre.

 

Source : AFP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »