header

Est du Ghana : deux postes de police attaqués par des séparatistes, des barrages érigés

0

©Togo24 – (Kpalimé, le 25 septembre 2020) – Des séparatistes armés présumés ont attaqué vendredi deux postes de police dans l’Est du Ghana, séquestrant trois officiers, et ont érigé des barrages autour du territoire dont ils revendiquent l’indépendance, selon les autorités locales et des témoins à l’AFP.

advertisement

advertisement

A l’aube, des hommes armés – suspectés d’être des membres du groupe séparatiste Homeland Study Group Foundation (HGSF) – ont lancé ces attaques dans les villes de Aveyime et Mepe, dans la région orientale de la Volta, selon le ministre régional Archibald Letsa. « Les forces de sécurité contrôlent la situation (…) nous travaillons à la libération des policiers », a-t-il déclaré à l’AFP.

Selon lui, ces séparatistes – qui veulent créer une nouvelle nation appelée « Togoland occidental » – ont également érigé plusieurs barrages illégaux aux frontières de la région, à quelque 150 kilomètres au nord-est d’Accra, la capitale ghanéenne. Autour de ces barrages, faits de pneus brulés, le groupe a hissé des drapeaux et déroulé des pancartes réclamant « la restauration du Togoland occidental », ont rapporté à l’AFP plusieurs témoins. Selon un des séparatistes interrogés par des médias locaux, le groupe « réclame l’indépendance de notre mère-nation ».

« C’est notre terre, nous la revendiquons, rien ne nous arrêtera », a-t-il lancé. Ces barrages ont créé des embouteillages importants dans la région et ses alentours, ont rapporté des voyageurs à l’AFP.

« Nous sommes coincés, la circulation est bouchée depuis 05H00 du matin », a affirmé une commerçante, Linda Asante. Le HGSF s’est formé en 1994 pour défendre les droits des habitants de la région de la Volta, située dans l’est du Ghana, habitée par de nombreuses ethnies et dont l’histoire récente a été modelée par trois puissances coloniales.

Les séparatistes affirment que la région a une histoire et une culture propres et souhaitent faire de ce territoire un pays indépendant. En novembre 2019, le groupe a unilatéralement déclaré l’indépendance de ce territoire. A la suite de cette déclaration, neuf de leurs dirigeants avaient été arrêtés en mai par les autorités. Accusés de trahison, ils avaient été finalement libérés en juillet, et les charges abandonnées. Historiquement la Grande-Bretagne a d’abord occupé l’essentiel de ce qui constitue le Ghana. L’actuel Togo situé dans l’Est, était lui sous domination allemande. Après la Première Guerre mondiale et la défaite de l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France se sont partagées les possessions allemandes.

La France a pris le Togo actuel, la Grande-Bretagne le Togoland britannique, territoire qui a été incorporé au Ghana en 1956 à la chute de l’empire britannique en Afrique. Une élection présidentielle doit se tenir en mars au Ghana, pays réputé comme l’un des plus stables en Afrique de l’Ouest. La région de la Volta est un bastion du principal parti d’opposition, le National Democratic Congress (NDC), en lice dans la présidentielle contre l’actuel président Nana Akufo-Addo, candidat à sa réélection.

 

 Source : AFP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »