header

Amou 3 : l’Union et la réconciliation entre le peuple Akposso et Akebou, scellées à Hiheatro

0

©Togo24 – (Kpalimé, le 18 Octobre 2020) – Le peuple Akebou de la communauté ESSEREKÈ dans le canton de kougnohou et le peuple Akposso de la communauté de ALAOUSSÔ dans le canton d’Otadi se sont enfin réconcilés, après des décémies de méfiance réciproque, liées aux problèmes fonciers, qui ont conduits à des conflits intercommunataires, faisant des morts et des blessés. La cérémonie qui a scellé cette union et cette récilation entre ces deux communautés s’est tenue samedi 17 octobre 2020 à Hiheatro (localité située à environ 5 km de la ville d’Atakpamé, chef lieu de la commune Amou 3)., a constaté un journaliste de Togo24.

advertisement

advertisement

Plusieurs autorités locales teslles que des préfets de l’Amou et de l’Akebou, les députés à l’Assemblée nationale, Honorable KERETCHO Komina de l’Akebou et honorable GNATCHO Mawuena komla de l’Amou, le colonel du Com-Groupe des plateaux étaient présents à cette rencontre.

Les maires Amou 3, Akebou1 et Akebou2, les conseillers municipaux des trois communes, les chefs canton ( Kougnohou et Otadi.) Les chefs des villages  de Alaoussò et de Esserekéinsi que , les présidents des CVD et des leaders communautaires des deux villages étaient aussi présents.

L’objectif est de réconcilier ces deux communautés, trouver des solutions définitives aux problèmes de désaccords qui les opposent, trouver des voies et moyens pour baliser la voie afin d’éviter d’eventuels conflits entre ces deux communautés.

Depuis des décennies, les deux communautés avaient des problèmes fonciers qui ont entrainé des conflits, faisant des pertes en vie humaines et des blessés graves.

Historique

La goute d’eau qui a fait débordé la vase, fut les événements de juin 2017. En effet, dans un clonfkit qui a opposé les deux communautés, la sœur BÉTA, fille de Djitramé mariée à Essereké avait perdu la vie. C’est suite à cet événement tragique que les deux préfets et les honorables ont entamé des démarches envers ces deux communautés pour trouver une paix durable et le vivre-ensemble. Les démarches des autorités locales ont abouti à une rencontre, que les deux communautés ont accepté d’y participer à Hihéatro.

Dans son mot de circonstance, le préfet de l’Amou KOUFAMA Bissalouè a appelé les différents protagonistes à la patience, au calme, et à la maîtrise de soi pour l’acceptation du concept dans l’aboutissement d’une réconciliation totale des deux communautés.

Le préfet de l’Akebou YOVO Koffi-Kouma, très ravi pour sa part de cette initiative, a souligné qu’il y a nécessité que ces deux peuples dialoguent et prônent la paix.

‘’Quelque soit le problème qui arrive, l’on ne doit pas aller à la violence qui n’a jamais résolu un problème. Sans la paix, pas de développement’’, a-t-il indiqué.

‘’Je suis aux anges aujourd’hui, à voir l’ambiance qui a régné entre les deux communautés’’, s’est réjoui l’honorable Gnatcho Mawuena, député à l’Assemblée nationale.

‘’Les deux communautés ont compris qu’il faut vivre ensemble et elles sont appelées à vivre-ensemble. Chacun de son côté est entrain d’enterrer la hâche de guerre et je suis très ravi ce matin’’, a-t-il précisé.

Soulignons qu’à l’issue de cette réunion de réconciliation, le chef d’Alaousso et le chef d’Essereka, ont devant les autorités, pris des engagements et manifesté leur bonne voonté à vivre-ensemble, tout en souhaitant, par l’occasion, la délimitation de la zone qui fait objet des conflits entre le peuple Akposso et le peuple Akebou.

 

 D’Atakpamé, Marcel Akakpo

#Togo24, le pari du professionnalisme

Info : +228 90724740 // 99313108

E-mail : info@togo24.net

Site Web : www.togo24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Traduire »