ACTUALITES AFRIQUE

Guinée: tirs nourris dans la capitale, théâtre d’une probable tentative de coup d’état militaire

©Togo24 – (Lomé, le 5 septembre 2021) – Des tirs nourris d’armes automatiques retentissaient dimanche dans le centre de Conakry, théâtre d’une probable tentative de coup d’Etat mené par des militaires en Guinée, en proie depuis des mois à une grave crise économique et politique, ont rapporté plusieurs témoins à l’AFP.

Aucune explication officielle n’était disponible dans un premier temps sur les raisons de cet accès de tension sur la presqu’île de Kaloum, centre de Conakry, où siègent la présidence, les institutions et les bureaux d’affaires.

Un diplomate occidental a dit à l’AFP n’avoir « aucun doute » sur le fait qu’une tentative de coup d’Etat était en cours, conduit par les forces spéciales guinéennes. Selon ses informations, cette unité d’élite a pris au moins temporairement le palais présidentiel

Aucune information n’était disponible sur la situation du président Alpha Condé, rentré en Guinée récemment.

Les autorités sont restées jusqu’alors silencieuses sur une situation très confuse, malgré la prolifération des rumeurs. La télévision nationale diffusait ses programmes habituels à la mi-journée.

Des habitants joints au téléphone à Kaloum ont fait état de tirs soutenus. S’exprimant sous le couvert de l’anonymat pour leur sécurité, ils ont dit avoir vu de nombreux soldats intimant aux résidents de rentrer chez eux et de ne pas en sortir.

L’opposition a fait circuler abondamment sur les réseaux sociaux des vidéos tournées selon elle par des résidents à la dérobée et dans lesquelles les rues résonnent de tirs intenses.

L’accès à la presqu’île de Kaloum est restreint du fait de sa géographie. Les forces de sécurité peuvent aisément la bloquer.

Les tensions pourraient avoir été provoquées par le limogeage ou la tentative d’arrestation ou de marginalisation du commandant des forces spéciales, unité bénéficiant de moyens supérieurs aux autres forces de sécurité et susceptible d’avoir suscité des jalousies, a dit le diplomate occidental s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, selon les pratiques établies dans de telles circonstances. Les forces spéciales seraient alors passées à l’action, a-t-il ajouté.

L’avant-veille de la présidentielle du 18 octobre 2020, le centre de Conakry s’était réveillé avec ses accès bloqués par les forces de sécurité, tandis que la presse faisait état d’une mutinerie dans un camp militaire à Kindia, à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale.

Le 19 juillet 2011, Alpha Condé, élu l’année précédente, était sorti indemne d’une attaque menée par des militaires contre sa résidence. Il avait accusé plusieurs personnalités, et mis en cause le Sénégal et la Gambie, qui avaient démenti.

 

Source : AFP

 

Related posts

Togo :Une ambulance médicalisée réceptionnée par la population d’Anonoé

Togo 24

Nouvelle commission électorale en RDC : des menaces contre des chefs religieux

Togo 24

Togo-Flambée de nouveaux cas de Covid-19 : Faure Gnassingbé convoque une réunion de crise.

Togo 24

Leave a Comment

Translate »