ACTUALITES AFRIQUE

Le Lieutenant-Colonel Doumbouya, le putschiste qui dit vouloir apaiser la Guinée

©Togo24 – (Lomé, le 7 septembre 2021) – Le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, qui a pris le pouvoir en Guinée, est un officier aguerri et instruit, soucieux de se démarquer de l’image de soudard incontrôlable accolée à de précédents putschistes dans ce pays à l’histoire mouvementée.

Ce militaire jusqu’alors peu connu, formé pour l’essentiel hors de Guinée, passé en France par la Légion étrangère et l’Ecole de guerre, mais aussi en Israël, au Sénégal et au Gabon, est apparu au grand jour le 2 octobre 2018 aux cérémonies du 60e anniversaire de l’indépendance du pays.

Lors du défilé militaire devant le président Alpha Condé, la présentation de son Groupement des forces spéciales récemment constitué, aux hommes tous cagoulés, avait marqué les esprits.

Moins de trois ans après, c’est à la tête de ces forces spéciales que cet officier à la forte carrure a renversé et arrêté dimanche M. Condé.

En béret rouge et lunettes noires, le lieutenant-colonel Doumbouya a d’abord annoncé la capture du chef de l’Etat, la dissolution des institutions et l’abolition de la Constitution, au nom d’un « Comité national du rassemblement et du développement », dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et transmise à l’AFP.

Quelques heures plus tard, sans lunettes noires cette fois, mais enveloppé dans un drapeau guinéen, entouré de militaires casqués et armés, il promet à la télévision nationale une révision consensuelle de la Constitution imposée au forceps en 2020 par M. Condé et une « transition inclusive et apaisée ».

« Il y a eu beaucoup de morts pour rien, beaucoup de blessés, beaucoup de larmes », déplore l’officier, en référence à la répression sanglante des manifestations de l’opposition et de la société civile.

Il reprend alors une citation du défunt président ghanéen Jerry Rawlings, arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1981 avant de démocratiser son pays, selon laquelle « si le peuple est écrasé par ses élites il revient à l’armée de rendre au peuple sa liberté ».

 

Source : AFP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related posts

Niger: un site de réfugiés maliens fermé était une « plateforme de l’insécurité », selon le président Bazoum

Togo 24

Lacs 1 et 2 – Journée de l’arbre : des associations des Personnes Handicapées  ont joué leur partition.

Togo 24

Leave a Comment

Translate »