ACTUALITES AFRIQUE ECHOS DES COMMUNES INTERNATIONAL SOCIETE

Kloto : le GEC du Projet FHAIT, une arme pour  promouvoir l’autonomisation des femmes handicapées et lutter contre la pauvreté.

©Togo24 – (Kpalimé, le 5 mars 2022) – Cent-cinquante (150) femmes handicapées et des mères d’enfants handicapés, bénéficiaires des Groupements d’Epargnes et de Crédits (GEC) de cinq cantons (Kuma, Tové, Kpadapé, Womé et Lavié) de la préfecture de Kloto, ont été mieux outillées sur leurs droits, l’estime de soi et les compétences en gestion, lors des ateliers de formation tenu le 24 février au 02 mars 2022.

Ces séries de formation journalière se sont déroulées le 24 février à Dovota (canton de Kuma), le 25 février à Ahoundzo (canton de Tové), le 28 février à Kpadapé (canton de Kpadapé), le 01 marrs à Klomayondi (canton de Womé), et le 02 mars 2022 à Apédomé (canton de Lavié).

Elles s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Femmes Handicapées en Action pour l’Inclusion au Togo (FHAIT), exécuté par l’Association pour la Promotion de la Femme Handicapée au Togo (APROFEHTO), et mis en œuvre dans la préfecture de Kloto par l’Union des Handicapés Physiques et des Personnes Valides pour le Développement Social (UHPPVDS).

Ces formations ont été rendues possibles, grâce à l’appui technique de la CBM et l’appui financier du BMZ.

Ce projet compte faciliter l’insertion socioéconomique d’au moins 1221 femmes handicapées et mères d’enfants handicapés des préfectures de ZIO , Vo, Lacs, Yoto, Haho et Kloto à travers la méthodologie GEC et AVEC. Il est mis en œuvre dans la préfecture de Kloto par l’UHPPVDS.

Ces sessions de formations ont permis de renforcer les capacités de 150 femmes handicapées et des mères d’enfants handicapés, bénéficiaires de GEC (Groupement d’Epargne et de Crédit), dont 30 par Canton, sur leurs droits, l’estime de soi et les compétences en gestion et à la nécessité pour toutes, de participer pleinement au processus de développement de leurs localités.

De façon spécifique, ces activités visent à former les participantes sur les droits des femmes handicapées et mères d’enfants handicapés sur la nécessité pour chacune de comprendre que le handicap doit être l’affaire de toutes et tous et à avoir la confiance en soi et pouvoir réclamer leurs droits.

Elles visent également à montrer aux participantes, les possibilités qu’elles ont de participer à la vie professionnelle et de mener une vie économiquement autonome et de les outiller sur le mécanisme inclusif de la méthodologie GEC (Adakavi) qu’on peut adopter pour améliorer ses conditions de vie et à se prendre en charge par ses propres efforts.

Les formations ont été animées par deux consultants Emmanuel ADABRA et Serges ZOHOU, respectivement Directeur Exécutif et Conseiller Technique de la Plateforme des OSC de Kloto et ont été faites en langue locale Ewe.

Ces séries de formations, selon Yawo Dzikomado OCLOO, Directeur Exécutif de l’UHPPVDS, se sont achevées sur une note de satisfaction.

Pour M.OCLOO, les objectifs assignés à ces séries de formation sont atteints parce que, a-t-il expliqué, ‘’toutes les activités inscrites dans le chronogramme ont été réalisées et que le message est passé’’.

Il a exhorté les femmes handicapées et les mères d’enfants handicapés, bénéficiaires des Groupements d’Epargnes et de Crédits (GEC), à mettre en pratique les connaissances acquises au cours de ces formations, de cesser de se plaindre, de se prendre en charge et de prendre leur destin en mains.

‘’C’est notre dernier souhait. Parce que, à travers le projet, il n’y a pas que l’estime de soi ; il y a aussi l’entrepreneuriat qui leur permet de mettre en place leurs propres activités génératrices de revenus afin de pouvoir s’autonomiser’’, a-t-il souligné.

‘’Pour atteindre ces objectifs, il va falloir qu’elles se reconnaissent comme de véritables femmes, qu’elles cessent de se rabattre sur elles même et de se cacher. Même si des gens ne les considèrent pas dans la communauté, elles doivent se valoriser à travers leurs activités. C’est ce qu’on attend d’elles, en leur apprenant à créer une entreprise, comment créer une activité génératrice de revenus et en mettant des moyens à leurs disposition pour que cette idée d’entreprise devienne une réalité’’, a-t-il précisé.

Le Directeur Exécutif de l’UHPPVDS a indiqué que, APROFEHTO et ses partenaires ont mis les ressources disponibles en place pour faire le suivi et évaluation et assurer la pérennité du projet.

‘’Dans l‘exécution du projet, nous sommes toujours avec elles, en leur prodiguant de sages et utiles conseils et en vérifiant si elles les mettent en pratique. C’est pour cela que il y a un point focal spécialement engagé pour ça. Et pour la pérennité du projet, qu’un volontaire a été engagé dans chaque localité que le projet accompagne dans son cours d’exécution, les formes et les outilles pour qu’après le projet, elles puissent également tenir’’, a-t-il ajouté.

‘’Ces volontaires, nous ne les choisissons pas. Ce sont les communautés qui les choisissent compte tenu de leurs compétences, de leur bonne volonté et de savoir-être, savoir-faire et savoir-faire faire. Donc, il y a tout ça là pour vraiment garantir ce suivi-là, pour la réalisation effective de ce que le projet attend de ces femmes handicapées et mères d’enfants handicapés’’, a rassuré le Directeur Exécutif de l’UHPPVDS.

Il a témoigné sa reconnaissance et sa gratitude à APROFEHTO pour avoir initié ce projet et remercié les partenaires techniques et financiers, notamment CBM et BMZ pour leur accompagnement qui ont permis de réaliser toutes ces activités.

Il a également remercié les participantes pour leur disponibilité, leur engagement et l’attention particulière, portée aux différents modules au cours de ces formations.

Au terme de chaque formation, certaines femmes handicapées et des mères d’enfants handicapés, des cantons de Kuma, de Tové, de Kpadapé, de Womé et de Lavié, ont salué cette initiative de l’UHPPVDS et de l’APROFEHTO, qui selon elles, est destiné à valoriser leur potentiel, à promouvoir leur autonomisation et à réduire, un tant soit peu, les problèmes auxquels elles sont quotidiennement confrontées.

Soulignons que la formation a porté sur trois thématiques tels que : les femmes handicapées et des mères d’enfants handicapés droits, l’estime de soi et les compétences en gestion.

 

Mensah ASSOGBAGUE

#Togo24, le pari du professionnalisme

Info : +228 90808989 // 99313108

E-mail : info@togo24.net 

Site Web : www.togo24.net 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related posts

Ogou : 50 acteurs locaux de développement outillés sur la citoyenneté numérique à Atakpamé.

Togo 24

Kloto 3 – Journée de l’arbre : le conseil municipal, les élèves et VEC ont mis en terre 1000 jeunes plants

Togo 24

La Guinée juge inopportune la nomination par la Cédéao d’un envoyé spécial

Togo 24

1 comment

APATI -BASSAH Lolonyo 5 mars 2022 at 19h40

Premièrement je tiens à féliciter le chef de l État Togolais son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBÉ pour avoir fait du mieux la promesse est une dette . Ensuite concernant le GEC de KLOTO devient aussi une réalité avec 150 femmes de 5 cantons de la même Préfecture

Reply

Leave a Comment

Translate »