ACTUALITES AFRIQUE ECHOS DES COMMUNES INTERNATIONAL SOCIETE

Togo : le MMLK appelle à l’arrêt des menaces et intimidations à l’encontre des premiers responsables  du SET

©Togo24 – (Lomé, le 20 mars 2022) – Des informations parvenant aux organisations de défense des droits dont le Mouvement Martin Luther King (MMLK) font expressément état des menaces et intimidations à l’encontre des premiers responsables  du Syndicat des Enseignants du Togo (SET), suite à son préavis de grève, dont la cessation des activités scolaires dans le secteur  est prévue pour les 24 et 25 mars 2022.

‘’Dans les propos tenus par les autorités en charge de l’éducation à certains responsables du  syndicat et qui nous sont rapportés (s’ils sont avérés), il y a de fortes raisons de s’inquiéter de l’ampleur et du degré des menaces et des décisions qui seraient  prises contre les premiers responsables dans les jours à venir’’, a indiqué Pasteur Edoh KOMI, Président du MMLK dans une note transmise dimanche le 20 mars 2022, à Togo 24.

Selon les informations parvenues à la rédaction de Togo 24, les responsables du SET exigent une prime mensuelle de 50 000 francs CFA pour les enseignants, une prime annuelle d’éloignement d’au moins 3 000 francs CFA par km et une allocation de mutation.

Le ministre de la fonction publique Gilbert Bawara, a qualifié cette démarche ‘’d’illégal’’, vu qu’un accord a été signé le 10 mars dernier entre le gouvernement et tous les acteurs du secteur, notamment, les fédérations de syndicats, les représentants des parents d’élèves et des enseignants confessionnels.

Pour lui, l’essentiel des préoccupations du secteur de l’éducation, sont prises en compte dans le mémorandum d’entente.

Selon le gouvernement, souligne la note, le Syndicat des Enseignants du Togo (SET) n’a pas de base d’existence légale et n’a pas, par conséquent, le droit d’appeler les enseignants à la grève.

Selon le Président du MMLK, ces allégations sont contrastes avec celles des responsables du SET, qui disent avoir enregistré leur organisation syndicale  le 18 juin  2021 dans une commune de la préfecture du Golfe, selon les conditions prévues par la loi en vigueur à l’époque.

‘’Cette passe d’armes entre le gouvernement et le SET risque de provoquer encore des perturbations dans le secteur quelques jours après le mémorandum d’entente signé par le gouvernement et quelques organisations syndicales’’, averti Pasteur Edoh KOMI.

‘’Dans ces circonstances, le dialogue inclusif avec tous les acteurs reste et demeure la solution et c’est la voie par excellence’’, a-t-il recommandé.

Le MMLK fidèle à sa vision dont les 6 piliers  sont la non-violence, la paix, le dialogue, le civisme, le leadership et la dignité humaine, condamne les menaces et les intimidations sous toutes  leurs formes et appelle les deux parties à privilégier la voie du dialogue afin dit-il de ‘’trouver des solutions aux problèmes qui   minent encore   l’éducation’’.

Le MMLK réitère son appel aux autorités de la nécessité de  respecter la fonction enseignante et demande aux enseignants, de mener leurs activités dans le respect strict des lois en vigueur, conformément aux normes de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

‘’Car les droits aux libertés syndicales et de grève sont constitutionnels et ne sauraient être mis en cause par quelque disposition que ce soit’’, a expliqué l’homme de Dieu.

‘’Autrement, ce serait des lois liberticides, donc  antagonistes au respect de la dignité humaine’’, a-t-il ajouté.

Rappelons que le gouvernement et les acteurs de l’éducation ont signé jeudi dernier, un mémorandum d’entente. Le document, selon les clauses, met fin aux longues années de bras de fer entre les autorités du pays et le corps enseignant qui réclamait de meilleures conditions de vie et de travail.

 

La rédaction                   

#Togo24, le pari du professionnalisme

Info : +228 90808989 // 99313108

E-mail : info@togo24.net 

Site Web : www.togo24.net       

 

 

 

 

 

Related posts

RDC : onze morts dans un naufrage sur le lac Tanganyika

Togo 24

Diplomatie : Faure Gnassingbé reçu  par le Roi Philippe des belges.

Togo 24

Burkina : le putschiste Ibrahim Traoré désigné président de transition

Togo 24

Leave a Comment

Translate »