ACTUALITES AFRIQUE ECHOS DES COMMUNES GOUVERNEMENT SOCIETE

Togo – Éducation : ‘’Les revendications des enseignants ne sont pas surhumaines et avec le dialogue franc et sincère, il y aura un dénouement’’, Pasteur Edoh KOMI

©Togo24 – (Lomé, le 6 avril 2022) – Pasteur Edoh KOMI,  Président du Mouvement Martin Luther King (MMLK), une association de défense, de protection et de promotion des droits de l’homme et des consommateurs du Togo, est très préoccupé par les crises en série et ses conséquences qui secouent le secteur de l’éducation au Togo depuis le 24 mars dernier.

Dans un communiqué rendu public le 5 avril 2022, dont une copie est transmise à Togo 24, il a invité chacune des  deux parties (Gouvernement et SET), à ne plus tirer le drap de son côté, mais à faire triompher le Togo car à la fin, il n’y aura ni vainqueur ni vaincu.

En effet, le secteur de l’éducation au Togo est secoué par une grève lancées par le Syndicat des Enseignants du Togo (SET) les 24 et 25 mars dernier, puis reconduit dans la semaine du 4 au 8 avril 2022. Les conséquences de ces mouvements sont lourdes : 146 enseignants (137+9) exclus et redéployés dans l’administration publique, des élèves arrêtés, des cours perturbés dans plusieurs écoles et établissements scolaires de Lomé et dans quelques villes de l’intérieur du pays.

Selon Pasteur Edoh KOMI, il se passe toujours des choses peu orthodoxes loin des normes au Togo, mais aucun enseignement  n’est tiré ni au sommet de l’état ni au niveau des citoyens.

Or, a-t-il indiqué, ‘’il faut toujours apprendre de toutes les situations  mauvaises ou bonnes pour s’améliorer et améliorer les cas’’. Malheureusement, au jour le jour, a-t-il déploré, les dirigeants passent à côté de la plaque et s’illustrent dans le règlement des conséquences que de s’attaquer aux causes à la racine.

Du coup, estime le Président du MMLK, ‘’la gestion opaque et hasardeuse de la chose publique s’expose et s’érige en règles au quotidien malgré quelques efforts’’.

Ma démarche, explique –t-il, est citoyenne et méthodique dans la pédagogie des pratiques de gouvernance publique et donc loin de jeter l’opprobre sur qui que ce soit notamment dans l’appareil au sommet de l’État.

Le cas de la grève des enseignants porté par le Syndicat des Enseignants du Togo est une triste et parfaite illustration à la fois.

Le SET est-il légal ou pas ? Pour l’homme de Dieu, la question ne mérite plus d’être posée sous cette forme mais la suivante : le SET est-il représentatif avec une base solide ?

Sans doute oui, et c’est la réponse qu’un élève de la savane peut donner facilement.

Pour Pasteur EDOH, depuis les 24 et 25 mars dernier, lors des 2 premiers jours de grève, la situation allait être décantée et l’irréparable aurait été évité, si l’humilité et la considération pour les autres avait pris le pas sur tout.

’Au lieu de durcir le ton en excluant les 137 Enseignants redéployés dans l’administration publique, l’État se serait rendu fort en faisant profil bas, pour échanger avec les premiers responsables du SET’’, a-t-il souligné.

‘’Ces derniers comme les membres du gouvernement sont tellement responsables qu’il est temps de parer à toute complication de la situation à deux mois de la fin de l’année scolaire’’.

‘’L’avenir des enfants, relève de demain doit être privilégié par les deux parties pour sauver cette année et maintenir le niveau des apprenants’’.

« Les plus durs ennemis d’hier sont souvent les amis les plus intimes et inséparables d’aujourd’hui » dit-on souvent.

Le Président du MMLK a invité chacune des deux parties (Gouvernement et SET), à ne plus tirer le drap de son côté, mais à faire triompher le Togo car à la fin, il n’y aura ni vainqueur ni vaincu.

‘’Les revendications des enseignants ne sont pas surhumaines et avec le dialogue franc et sincère, il y aura un dénouement’’, précise Pasteur EDOH.

Pour lui, le SET est bien l’initiateur et le meneur de la grève actuelle. Et entreprendre des échanges sans cette organisation syndicale,  serait a-t-il ajouté ‘’une illusion et une fuite en avant donc une volonté de perdurer la crise, ce qui n’arrange personne’’.

Dans le dialogue, il nécessite des mesures d’apaisement notamment le retrait pur et simple de la décision portant exclusion de 137, l’arrêt des menaces, l’arrestation des élèves, des enseignants et le respect des normes internationales en matière de travail.

 

La rédaction

#Togo24, le pari du professionnalisme

Info : +228 90808989 // 99313108

E-mail : info@togo24.net

Site Web : www.togo24.net

 

Related posts

Kloto 1 : le Projet Sport et Développement pour les Enfants Handicapés Mentaux officiellement lancé à Kpalimé

Togo 24

Togo – Processus de réintégration des migrants de retour : l’OIM a renforcé les capacités des différents acteurs impliqués à Kpalimé.

Togo 24

Investissements : une délégation de PROPARCO reçue par Faure Gnassingbé

Togo 24

Leave a Comment

Translate »